Affiche Yalda, la nuit du pardon

Yalda, la nuit du pardon

de Massoud Bakhshi

Avec
Sadaf Asgari
Behnaz Jafari
Fereshteh Sadre Orafaee

Genre : Thriller

Nationalité : Iran

Année de sortie : 2020

Durée : 01h29

Version : Couleur

Public : Tout public

En Iran, de nos jours. Maryam, 22 ans, a tué accidentellement Nasser, son mari, 65 ans. Condamnée à mort, seul le pardon officiel d’un membre de la famille la plus proche de Nasser pourra la sauver. Il suffirait que Mona, la fille du défunt, accepte de pardonner à Maryam devant des millions de spectateurs, lors d’une émission de télé-réalité...
L’intégralité de l’intrigue se déroule sur le plateau et dans les coulisses d’une émission populaire en Iran, Le plaisir du Pardon. Quand la vie ou la mort d’un condamné devient un jeu télévisé où les chiffres de l’audimat sont rois, ce spectacle médiatique ne peut que nous faire réfléchir sur notre monde actuel… M. Bakhshi, révélé en 2012 avec Une famille respectable, a reçu le grand prix du jury du festival de Sundance.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 7 Octobre 2020 au Mardi 13 Octobre 2020
  • Semaine du Mercredi 14 Octobre 2020 au Mardi 20 Octobre 2020
  • Semaine du Mercredi 21 Octobre 2020 au Mardi 27 Octobre 2020
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Je ne comprends pas pourquoi Trump n’aime pas l’Iran, les conservateurs américains et iraniens ont exactement les mêmes valeurs. Dieu est partout et l’argent est roi. D’ailleurs « In God we trust » est inscrit sur tous les dollars et c’est probablement la même chose sur le rial iranien. C’est vrai qu’ils n’ont pas les mêmes livres de chevet, la Bible pour l’un et le Coran pour l’autre.
    J’ai trouvé ce film passionnant et édifiant. Avidité, hypocrisie, manipulations, étroitesse d’esprit, cynisme, cruauté, bassesses s’étalent sous nos yeux ébahis. Tout se passe sur le plateau et dans les coulisses d’une véritable émission de divertissement avec des téléspectateurs gogos avides de sensationnalisme. Nous en avons d’aussi grotesques dans tous les pays occidentaux, mais je ne pensais pas qu’on pouvait tomber aussi bas au nom de la religion. C’est le « panem et circenses » des jeux romains, pouce levé ou pouce baissé avec la contribution incroyable des sponsors en bonus.
    Cette histoire nous dit beaucoup sur l’état malheureusement désastreux de la société iranienne.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte