Vice

Vice

de Adam McKay

Avec
Christian Bale
Amy Adams
Steve Carell
Sam Rockwell
Tyler Perry

Genre :

Nationalité : U.S.A

Année de sortie : 2019

Durée : 02h12

Version : Couleur

Public : Tout public

Fin connaisseur des arcanes de la politique américaine, membre du Parti républicain, et aussi homme d’affaires, Dick Cheney a réussi, sans faire de bruit, à se faire élire de 2001 à 2009 vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l'homme le plus puissant du pays, s’appuyant sur sa longue expérience des sphères du pouvoir, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les lourdes conséquences aujourd'hui… C’était aussi un homme qui, s’il vouait un culte au secret, ne manquait pas de franc-parler !

 

Après The Big Short : Le Casse du Siècle (2015), avec également l’illustre Christian Bale, Adam McKay se lance dans le biopic de Dick Cheney avec succès, car Vice a déjà été primé de nombreuses fois !

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 13 Février 2019 au Mardi 19 Février 2019
  • Semaine du Mercredi 20 Février 2019 au Mardi 26 Février 2019
  • Semaine du Mercredi 27 Février 2019 au Mardi 5 Mars 2019
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Adam McKay défend la thèsé, à charge, d’un Dick Cheyney profitant de la faiblesse de GW Bush pour s’emparer de la réalité du pouvoir. Dans ce but, son film prend les allures d’une enquête, en trois temps :
    - la construction du personnage (ou plutôt d’un couple façon Macbeth) et sa phase d’apprentissage dans les pas de Ronald Reagan inaugurant la vague nélolibérale qui va déferler sur le monde
    - celle de la toile qu’il tisse à partir de sa position de vice président en exploitant les possibilités de de contournement de la constitution américaine (après un faux générique de fin à la mi temps du film)
    - la prise effective du pouvoir à la faveur des attentats du 11 septembre avec pour conséquence l’invasion de l’Irak qui ouvrira l’ère du terrorisme
    Cette enquête se révèle des plus percutantes en raison de la forme adoptée par le réalisateur qui , tout en insistant sur le cynisme acquis par Cheyney, truffe son film de multiples éléments comme des images d’archives, des morceaux de cartoons … Le propos est cruel, mais la farce emporte la conviction.
    Au cours du (vrai) générique final Mac Kay se permet même d’introduire une séquence qui interroge, avec humour, son propre parti pris dans sa démonstration.
    Dans une actualité française inquiétante, tant elle révèle les possibilités d’intoxication de l’opinion, voir Vice relève pratiquement d’un exercice de salubrité.

    Commentaire de Jacques Chenu |

    La polysémie du titre convient très bien au film, arrivisme, cynisme et machiavélisme caractérisent ce VICE-Président dont on découvre petit à petit le parcours personnel incroyable grâce à un récit très bien agencé, construit comme un puzzle qui nous donne envie de découvrir toujours plus.
    Les premières séquences nous montrent un Dick Cheney jeune benêt faible, inculte alcoolique et bagarreur se faisant tancer par sa femme, Lady McBeth intransigeante et ambitieuse. Grâce à Adam McKay (le réalisateur), nous découvrons les arcanes de la vie politique américaine des années 60 à nos jours, et c’est d’autant plus passionnant que la mise en scène est pleine d’inventivité et de surprises à travers l’utilisation d’images d’archives, de pubs amusantes, de gags divers…
    C’est jubilatoire, ça donne le tournis comme dans un manège de fête foraine qui tourne à toute vitesse, on rit et on découvre en même temps avec effroi à quel point la démocratie américaine a été pervertie et le vrai pouvoir confisqué au PROFIT d’un homme qui ne cherche qu’à accaparer plus de puissance dans le seul but de s’enrichir personnellement.
    Le petit poisson, citoyen américain menu fretin ET les beaux et gros poissons truites arc-en-ciel comme GW Bush et Rumsfeld sont tous appâtés et pris au piège de l’hameçon Cheney qui se délecte et se grise de pouvoir absolu. C’est terrifiant ! Ne partez pas avant la fin du générique…

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte