Tout fout le camp

Tout fout le camp

de Sébastien Betbeder

Avec
Thomas Scimeca
Jonathan Capdevielle
Léonie Dahan-Lamort

Genre : Comédie

Nationalité : France

Année de sortie : 2022

Durée : 01h35

Version : Couleur

Public : Tout public

Pigiste au journal local d’une ville du Nord de la France, Thomas doit faire le portrait d'Usé, un musicien atypique et ancien candidat à l'élection municipale. Les deux hommes apprennent à se connaître quand ils découvrent le corps inanimé de Jojo. Mais ce dernier ressuscite...

Le réalisateur de Deux automnes trois hivers et Ulysse et Mona voulait réaliser une comédie différente en allant vers « un rire plus libérateur, plus rebelle qui n’aurait pas peur de tendre vers le potache ». Il avait aussi envie de filmer le chanteur Usé dont il admirait la musique… Comme dans son film Le Voyage au Groenland, il voulait mélanger le réel et la fiction, dépasser celui-là « pour dériver vers une fiction que je souhaitais rythmée, aventureuse, pleine de péripéties et totalement libre ».

Retrouvez des ouvrages sur des thématiques similaires au film ci-dessus, dans votre bibliothèque des cinémas Studio.

Auteur : Nicolas Thévenin, édité par Association Républiques - 2022, à la cote 791.435 THE

Retrouvez les actualités de la bibliothèque des cinémas Studio sur le compte Facebook et le blog.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Du Mercredi 21 Septembre 2022 au Mardi 27 Septembre 2022

  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Avec cette balade « au bout de la campagne » hors du temps et en zone blanche, Sebastien Betbeder semble davantage émettre me souhait que tout foute le camp, plutôt que de dresser un constat désabusé qui établirait que tout fout le camp en Picardie au temps de Sarkozy, de Hollande et bien sûr de Macron (quid de Ruffin?). On devine parfois les références à David Lynch ou encore à Jeunet et Caro mais la morale de l’histoire pourrait se résumer au titre de la chanson des années 30, « Avoir un bon copain ». Ça ne va pas très loin, mais le moment n’est pas désagréable.

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    PS Tout fout le camp comme Petite fleur. Coïncidence, on se remet vite des assassinats dans le cinéma français cet été ?

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte