Séjour dans les monts Fuchun

Séjour dans les monts Fuchun (Chun jiang shui nuan)

de Gu Xiaogang

Avec
Qian Youfa
Wang Fengjuan
Zhang Renliang
Zhang Guoying

Genre :

Nationalité : Chine

Année de sortie : 2020

Durée : 02h30

Version : Couleur

Public : Tout public

Dans la ville d'Hangzhou, à environ 200 km au sud-ouest de Shanghai, Mum, doyenne de la famille Gu, fête ses soixante-dix ans. Ses quatre fils et leurs familles respectives sont tous là pour célébrer dignement l'événement mais, pendant la fête, Mum s'évanouit. À l'hôpital les médecins sont formels, elle est trop fragile pour continuer à vivre seule. Le frère le plus à l'aise financièrement accepte alors de l'accueillir chez lui...

Ainsi débute cette fresque qui va suivre, au rythme des saisons (le film a été tourné sur une durée de deux ans), la vie de cette famille et patiemment décortiquer les destins de ses membres. Révélation majeure de la Semaine de la critique au dernier festival de Cannes, Séjour dans les monts Fuchun est la première œuvre de Gu Xiaogang, un jeune cinéaste de 31 ans particulièrement doué.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Du Mercredi 15 Janvier 2020 au Mardi 21 Janvier 2020

Du Mercredi 22 Janvier 2020 au Mardi 28 Janvier 2020

  • Jeudi 23 Janvier :
    13h45
  • Vendredi 24 Janvier :
    13h45
  • Lundi 27 Janvier :
    13h45
  • Mardi 28 Janvier :
    13h45
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Fresque au rythme lent sur la Chine en mutation, entre vieux quartiers en cours de démolition et constructions modernes, nous suivons la vie quotidienne d’une famille composée d’une mère veuve et malade et de ses quatre fils. Le réalisateur pose un regard d’entomologiste sur les rapports, très codifiés, entre les membres de la famille. L’argent est au centre de toutes les conversations, avec les problèmes économiques, le logement et la prise en charge de la mère, âgée et dépendante. J’ai été frappé par le contraste entre la grandeur et la majesté des paysages et la mesquinerie des hommes. C’est finalement le frère joueur et paresseux, vilain petit canard de la fratrie, qui se montre le plus humain des quatre.
    La mise en scène est somptueuse, panoramiques et travellings sur les paysages et les personnages accompagnés d’une musique toujours en harmonie, composent une symphonie de mouvements amples et majestueux entre fleuve et montagnes. C’est beau et fascinant, étrange et lancinant.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte