Saint-Omer

Saint Omer

de Alice Diop

Avec
Kayije Kagame
Guslagie Malanda
Valérie Dréville

Genre : Drame

Nationalité : France

Année de sortie : 2022

Durée : 02h02

Version : Couleur

Public : Tout public

Tout réussit à Alice Diop, César 2017 du court métrage pour Vers la tendresse, Prix du documentaire en 2021 à Berlin pour Nous et Lion d'argent à Venise, cette année, avec ce premier long métrage de fiction. Saint Omer arrive donc avec une réputation non seulement flatteuse mais, surtout, amplement justifiée.

Rama est une jeune prof et romancière qui se rend dans la ville de Saint-Omer pour assister au procès de Laurence Coly, accusée d'avoir tué sa fille de quinze mois, en l'abandonnant sur la plage à marée montante. Souhaitant écrire un livre intitulé Médée naufrage, Rama est fascinée par ce fait divers qui lui renvoie en miroir son propre passé familial et sa future condition de mère...

Très étroitement inspiré de faits réels, Saint Omer dépasse largement le cadre balisé du film de procès. Sur ce sujet très fort, avec une intrigue qui paraît simple en apparence, le film creuse de nombreuses questions, comme celles, entre autres, de la complexité humaine, de la question noire dans la société française, des liens entre mères et filles, de la responsabilité de l'individu et de l'influence de la société sur son destin. C'est dire combien l’œuvre est riche et passionnante, combien elle se suit avec un intérêt permanent, naviguant avec fluidité entre mythes ancestraux et contemporanéité, entre culpabilité et innocence.

Et pour cela Alice Diop a su très bien s'entourer ; de la romancière Marie N'Diaye pour l'écriture du scénario, de Claire Mathon pour la superbe photographie et de quatre actrices formidables, Kayije Kagame, Guslagie Malanga, Valérie Dréville et Aurélia Petit. Mais c'est bien grâce à son talent de réalisatrice et à ses choix marqués que le film s'avère aussi puissant. Les scènes de procès, l'utilisation d'images documentaires possèdent l'exigence indispensable et la façon dont elle donne de l'ampleur et de l'universalité à la dernière partie de son film est remarquable. On y passe de la fabuleuse plaidoirie de l'avocate de la défense (Aurélia Petit y est magnétique) à une déambulation urbaine sublime au son de Little Girl Blue par Nina Simone, avant de se clore sur une superbe image d'apaisement qui fait que l'on sort de ce film a priori tragique dans un état de grand bonheur.

JF

Retrouvez des ouvrages sur des thématiques similaires au film ci-dessus, dans votre bibliothèque des cinémas Studio.

Auteur : Jean-Pierre Trias, édité par Cahiers du cinéma - 2005, à la cote 791.434.3 WEL

Retrouvez les actualités de la bibliothèque des cinémas Studio sur le compte Facebook et le blog.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Du Mercredi 30 Novembre 2022 au Mardi 6 Décembre 2022

Du Mercredi 7 Décembre 2022 au Mardi 13 Décembre 2022

  • Mercredi 7 Décembre :
    21h30
  • Jeudi 8 Décembre :
    21h30
  • Vendredi 9 Décembre :
    21h30
  • Samedi 10 Décembre :
    21h30
  • Dimanche 11 Décembre :
    21h30
  • Lundi 12 Décembre :
    21h30
  • Mardi 13 Décembre :
    21h30
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte