Pour Sama

Pour Sama

de Waad al-Kateab, Edward Watts

Genre : Documentaire

Nationalité : Syrie

Année de sortie : 2019

Durée : 01h35

Version : Couleur

Waad al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements la vie continue. Elle filme le quotidien des Syriens, qui essaient malgré tout de mener une vie normale tout en luttant pour leur liberté. Elle témoigne des pertes, des espoirs et de la solidarité du peuple d’Alep. Waad et son mari médecin sont déchirés entre partir et protéger leur fille Sama ou résister pour la liberté de leur pays.

Pour Sama, documentaire choc de la réalisatrice Waad al-Kateab cosigné avec le Britannique Edward Watts, dépeint la vie à Alep pendant la période la plus meurtrière du conflit syrien. Le film a notamment reçu le prix de l'Œil d'or du Meilleur documentaire au Festival de Cannes. « J’ai voulu témoigner et montrer l’humanité qui subsistait autour de nous ».            

 

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Du Mercredi 16 Octobre 2019 au Mardi 22 Octobre 2019

  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Les images sont d’une rare violence, souvent insupportables, nous sommes immergés dans les ruines, les bombardements, le bruit des explosions, les cris, la fumée, le sang. Quel témoignage, et quel courage ! Et au milieu de ce désastre, il y a le sourire de la petite Sama, inconsciente du danger, et la vie qui continue, paradoxalement, avec des hommes et des femmes qui blaguent, rient, mais surtout se serrent les coudes. Il règne en effet une incroyable fraternité, une solidarité remarquable chez tous ces résistants, et toujours de l’espoir malgré l’horreur quotidienne.
    Mon seul regret concerne le montage, il y a trop d’images impossibles à regarder avec l’objectif tourné vers le sol le long des couloirs enfumés de l’hôpital. Je comprends bien que cela renforce le réalisme et la dramatisation, mais dans cette situation si particulière, cela ne me semblait pas nécessaire. D’autre part, un montage simplement chronologique aurait facilité la compréhension des évènements plutôt que l’utilisation de flashbacks.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte