Made in Bangladesh

Made In Bangladesh

de Rubaiyat Hossain

Avec
Rikita Shimu
Novera Rahman
Parvin Paru
Deepanita Martin

Genre : Drame

Nationalité : Bangladesh

Année de sortie : 2019

Durée : 01h30

Version : Couleur

Public : Tout public

Dans la ville de Dacca, au Bangladesh, Shimu, jeune femme de 23 ans, est une ouvrière du textile. Le travail est très dur : penchée sur la machine à coudre, dix heures par jour, six jours par semaine, pour un salaire dérisoire. Face à ces conditions et contre tous, Shimu et ses collègues se battent, résistent, luttent pour créer un syndicat…

On découvre le combat de ces femmes contre l’oppression sociale et sexuelle et pour leur dignité. La réalisatrice ne nous présente pas ces ouvrières comme des victimes mais comme des moteurs du changement. Elle met leur force en avant. L’histoire est édifiante quand on sait que le Bangladesh est le deuxième pays exportateur de vêtements derrière la Chine et que les ouvriers sont les plus mal payés du monde. MS

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 4 Décembre 2019 au Mardi 10 Décembre 2019
  • Semaine du Mercredi 11 Décembre 2019 au Mardi 17 Décembre 2019
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Encore une fois, l’actualité rattrape le programmation cinématographique. Le film s’ouvre sur une scène d’incendie dans un atelier de Dacca alors que ce matin même, 43 ouvriers sont morts dans les flammes de leur usine à New Dehl . Une bonne raison , mais pas la seule, d’aller voir « Made in Bengladesh ». Rappelons simplement que ce pays, mal connu, peu prisé des touristes, fournit la plupart des vêtements que nous portons au quotidien.

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Film salutaire qui expose bien les conditions de travail ou plutôt d’exploitation des ouvrières du textile à Dacca au Bangladesh. La vie des femmes est terrible, comme le dit l’héroïne, « si tu es mariée, tu es foutue, si tu n’es pas mariée, tu es foutue aussi ». Soumises aux maris, aux patrons, aux chefs de l’administration, elles ont un espace de liberté très restreint.
    Et si on ajoute au machisme ambiant, la corruption et l’absence de confort, la vie n’est décidément pas rose à Dacca. Une séquence nous montrant la visite de l’usine par deux occidentaux vient nous rappeler les « bienfaits » du libéralisme dans toute sa splendeur, tout ça pour gagner 1 ou 2 euros sur le prix d’un T-shirt. Le colonialisme occidental continue à perpétrer ses méfaits.
    Malgré tout, le film n’est pas plombant, grâce au dynamisme de ces femmes et à leur humour, on suit les péripéties de leur lutte sans s’ennuyer une seconde.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte