Lettres à Franco

Lettre à Franco (Mientras Dure la Guerra)

de Alejandro Amenábar

Avec
Eduard Fernández
Nathalie Poza
Karra Elejalde
Miquel Garcia Borda
Pep Tosar

Genre : Drame

Nationalité : Espagne

Année de sortie : 2020

Durée : 01h47

Version : Couleur

Public : Tout public

En 1936 l’écrivain Miguel de Unamuno a 71 ans. Cet homme de convictions s’est toujours battu contre toute forme de totalitarisme et en a payé le tribut. Alors, en cet été déterminant pour l’Espagne, il choisit de soutenir la rébellion militaire dans l’espoir que le pays sorte de l’ornière dans laquelle il est plongé. Mais quand le général Franco, prêt à tout pour museler toute forme d’opposition, prend la tête de l’insurrection, le vieil écrivain va livrer son dernier combat et prononcer, le jour de la fête nationale, un discours qui marquera l’Histoire : « Vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas. Vous vaincrez parce que vous possédez une surabondance de force brutale, vous ne convaincrez pas parce que convaincre signifie persuader. Et pour persuader il vous faudrait avoir ce qui vous manque : la raison et le droit dans votre combat »… Avec sa précision habituelle, A. Amenábar (Les Autres 2001, Mar Adentro 2004, Agora 2009) s’empare de cette figure courageuse de l’opposition à Franco et de cette période toujours aussi douloureuse de la guerre civile pour nous faire réfléchir sur l’ascension actuelle de l’extrême droite.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 19 Février 2020 au Mardi 25 Février 2020
  • Semaine du Mercredi 26 Février 2020 au Mardi 3 Mars 2020
  • Semaine du Mercredi 4 Mars 2020 au Mardi 10 Mars 2020
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Comment « Tant que durera la guerre » est devenu en français «  La lettre à Franco «, encore un mystère de la traduction à la française. De lettre à Franco, il n’ en existe pas, et si il y eut bien un discours, c’est au sinistre général Millian-Astray qu’il s’adressait.
    Si le film succombe peut être à un goût trop prononcé pour les jolies images, il n’est pas, pour autant, dénué d’intérêt. Il dessine un portrait assez inattendu du futur caudillo, en apparence personnage plutôt falot mais en fait manœuvrier froid et retors. Sachant très bien où il veut en venir. A l’inverse, Unamuno, apparaît comme un intellectuel très brillant, mais aux convictions fluctuantes, peu à même de s’opposer à la déferlante fasciste. On peut s’interroger sur la portée effective de son coup d’éclat final, l’Espagne ayant à subir 40 années de dictature fasciste.
    Pour autant, quand il déclare « Vous vaincrez mais ne convaincrez pas », ses propos résonnent avec l’actualité , y compris de ce côté ci des Pyrénées. Ce qui soulève la question inévitable de la comparaison entre dictature et dérive autoritaire dans un régime démocratique en crise.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte