Les Banshees d'Inisherin

Les Banshees d'Inisherin

de Martin McDonagh

Avec
Colin Farrell
Brendan Gleeson
Kerry Condon

Genre : Drame

Nationalité : Irlande

Année de sortie : 2022

Durée : 01h54

Version : Couleur

Public : Tout public

1923. Sur l’île irlandaise d’Inisherin, Colm décide soudainement de mettre fin à son lien d’amitié avec Pàdraic. Abasourdi, celui-ci n’accepte pas la situation et tente de recoller les morceaux avec le soutien de sa sœur Siobhan, et de Dominic, un jeune insulaire un peu dérangé. Mais les efforts répétés de Pàdraic conduisent Colm à poser un ultimatum désespéré. Les évènements s’enveniment et de terribles conséquences se dessinent…

Doublement primé à la Mostra de Venise, cette histoire qui fait rire et qui émeut réunit les deux superbes acteurs de Bons Baisers de Bruges (2008).

Retrouvez des ouvrages sur des thématiques similaires au film ci-dessus, dans votre bibliothèque des cinémas Studio.

Auteur : Jean-Baptiste Thoret, édité par Cahiers du cinéma - 2007, à la cote M 791.434.1 LEO

Retrouvez les actualités de la bibliothèque des cinémas Studio sur le compte Facebook et le blog.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Du Mercredi 25 Janvier 2023 au Mardi 31 Janvier 2023

Définition des pictos :


  • Séance 3D
  • Ciné Relax
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Pour cette fable un peu creuse et assez prévisible, Martin Mc Donagh joue un peu trop la carte du pittoresque Les personnages , étonnamment très oisifs (mais que font ils de leurs dix doigts ?) , sont très caricaturaux et la caméra abuse de la longue focale et ses effets flou-net. Très en deçà de Three billboards. Pour moi, une réelle déception malgré quelques touches d’humour plus ou moins noir.

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Après Bruges et l’Amérique profonde, Martin Mc Donagh nous transporte sur les îles d’Aran au nord-ouest de l’Irlande, dans un voyage poétique, métaphysique, mystérieux. La beauté âpre des paysages zébrés de murets de pierre sèche subjugue, les personnages sont hauts en couleur, la bière brune coule à flots dans le pub sombre et chaleureux. Là-bas, on s’épie, on cancane, tout se sait très vite, soupçons et ragots s’entremêlent dans ce drame de la solitude, de l’incommunicabilité et de l’incompréhension.
    Dans cette atmosphère dramatique, le burlesque pointe comme dans cette scène où on se demande si la vie d’un ânon compte pour Dieu.
    J’ai été fasciné par cette histoire simple et étrange d’un autre temps, celui des banshees (sorcières), oiseaux de malheur sur une île belle et désolée, coupée du monde, loin du conflit irlandais dont ne nous parviennent que quelques lueurs et sons étouffés.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte