Zone d'intérêt

La Zone d'intérêt

de Jonathan Glazer

Avec
Christian Friedel
Lilli Falk
Sandra Hüller

Genre : Drame,

Nationalité : Allemagne

Année de sortie : 2024

Durée : 01h46

Version : Couleur

Public : Tout public

Comment montrer l’inmontrable ? Après Claude Lanzmann et Alain Resnais, après Laszlo Némes et son Fils de Saul, Jonathan Glazer nous fait vivre avec la famille du commandant Höss, dans une belle villa collée au camp d’Auschwitz. Et c’est dans un (presque) constant hors-champ que l’horreur est évoquée : la fumée des fours plane au-dessus des glaïeuls, les bruits de bottes s’immiscent dans la belle salle à manger. Les enfants jouent dans le jardin, la maîtresse de maison met les petits plats dans les grands : le mal est d’autant plus banal qu’on refuse de le voir. Des choix forts, y compris dans l’esthétique des couleurs qui rappellent les films super 8 tournés par n’importe quelle famille. Un film bouleversant qui nous met face à l’irregardable.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Du Mercredi 21 Février 2024 au Mardi 27 Février 2024

Définition des pictos :


  • Séance 3D
  • Ciné Relax
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Ce film me hante tous les jours, il a une force incroyable (j’ai eu la chance de le voir 2 mois avant sa sortie). On ne voit rien des horreurs du camp, on entend juste quelques bruits, des aboiements, tout est dans le hors-champ, dans le non-dit, les allusions…
    C’est la vie quotidienne d’une famille tout à fait normale, avec ses joies, ses petits soucis, d’une banalité exemplaire. Selon Madame Höss, la femme du chef du camp (Sandra Hüller, parfaite comme toujours), c’est même une vie rêvée… alors que nous sommes à Auschwitz. Pour une fois, il faut écouter un film plus que le regarder, sauf la fin, implacable. Pour moi, c’est LE film de l’année, à voir absolument.

    Commentaire de DIDIER BOUCARD |

    Quel film incroyable
    Scotché même après le générique
    Cette idée de filmer l’horreur, sans la montrer vraiment
    Quelle force
    A transmettte en ces temps où la bête immonde ….

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Le couple Hoss, leurs cinq enfants et leur chien en leur domaine champêtre d’Auschwitz. Point. Les monstres ont un visage (presque) banal. L’approche est davantage comportementaliste que psychologique ou politique. Madame, un peu Lady Macbeth, est quand même inquiétante de par sa cupidité et son autoritarisme. La fiche Wikipedia m’apprend, d’ailleurs, qu’en 1945, c’est elle qui aurait livré son mari aux services secrets alliés, il finira, en 1947, pendu à Auschwitz après un procès qui a inspiré Robert Vergne (La mort est mon métier).
    Le film est très travaillé dans sa forme, mais certaines scènes ou certaines répliques sont énigmatiques ou tombent à plat (par exemple, Hoss s’interrogeant au téléphone sur la possibilité de gazer le théâtre d’Orianenburg). Peut être parce que Glazer n’a pas osé aller jusqu’à reprendre le ton humoristique (montypythonien selon certaines critiques) qui caractérisait semble t il le roman d’Amis (que je n’ai, personnellement, pas lu) ?
    Je sors de la salle en me posant la question : et aujourd’hui n’ y a t il pas d’autres Hoss ? Madame Oudé Castera, toutes proportions gardées, par exemple ?

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Et si les murs d'enceinte du camp évoquaient ceux qui séparent les territoires israéliens et les territoires palestiniens ?

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    C'est Robert Merle qui a écrit "La mort est mon métier", mea culpa !

    Commentaire de Thierry FOULLON |

    (Attention spoiler !)

    Un couple aryen modèle rêvait de construire l'avenir national socialiste : plein d'enfants blonds gambadant dans le jardin d'une charmante maison à la campagne...mais 2,5 à 3 millions de personnes vont mourir à quelques mètres, dans l'enfer . Il finira au bout d'une corde sur ces lieux mêmes, elle aurait aussi mérité ce sort. Ou est l'humanité? elle est là quand même et se niche dans la jeune polonaise qui, la nuit, va cacher des pommes pour dans la terre que les détenus aient un peu de réconfort.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte