La Prière

La Prière

de Cédric Kahn

Avec
Anthony Bajon
Damien Chapelle
Alex Brendemühl
Louise Grinberg
Hanna Schygulla

Genre : Drame

Nationalité : France

Année de sortie : 2018

Durée : 01h47

Version : Couleur

Public : Tout public

Thomas, jeune homme toxicomane de 22 ans, rejoint une communauté pour l’aider à sortir de sa dépendance. Le lieu, isolé en pleine montagne, est tenu par d’anciens drogués qui se soignent par la prière. Loin des contingences du monde, la vie communautaire est régie selon ses propres règles et son propre temps. Thomas va y découvrir l’amitié, le partage, le travail, l’amour et la foi…

Scénariste, monteur et acteur, Cédric Kahn, réalisateur de plusieurs films – L’Ennui (1998), Roberto Succo (2001), Une Vie meilleure (2010) – revient avec La Prière. Ce dixième long-métrage, sélectionné au Festival International de Berlin, donne, comme dans son film précédent Vie sauvage (2014), une belle place à la nature. Le cinéaste, agnostique par ailleurs, s’est aussi centré sur la fraternité : « le vrai sujet du film, en tout cas celui qui me touche le plus : la reconstruction du lien ».

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 21 Mars 2018 au Mardi 27 Mars 2018
  • Semaine du Mercredi 28 Mars 2018 au Mardi 3 Avril 2018
  • Semaine du Mercredi 4 Avril 2018 au Mardi 10 Avril 2018
  • Semaine du Mercredi 11 Avril 2018 au Mardi 17 Avril 2018
  • Semaine du Mercredi 18 Avril 2018 au Mardi 24 Avril 2018
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de CP |

    Cédric Kahn livre le récit d’un parcours éprouvant vers une reconstruction.
    Son film touche par les différents sentiments qu’il explore avec beaucoup de tact, de sensibilité et d’humanité.
    Il n’est pas question ici de prosélytisme religieux, mais plus de croyance en l’individu, de solidarité fraternelle.
    Si la foi est présentée comme un chemin possible pour la reconstruction de l’être, c’est surtout la force de la fraternité et de l’amitié qui lui donne son intensité.
    La structure religieuse offre une discipline de vie ( radicale et brutale) loin des tentations, dans des conditions spartiates et dans un cadre naturel à la fois d’une grande beauté mais aussi d’une grande rudesse.
    Anthony Bajon (Thomas) a une présence forte dans son jeu à fleur de peau. Il est capable de transmettre une rage destructrice, une douceur enfantine, le doute, l’incompréhension...dans son combat contre l’addiction, son chemin vers l’apaisement et peut-être l’amour...
    Ses compagnons de souffrance forment un groupe homogène attachant.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte