It Must Be Heaven

It Must Be Heaven

de Elia Suleiman

Avec
Elia Suleiman
Tarik Kopty
Grégoire Colin

Genre : Comédie

Nationalité : France

Année de sortie : 2019

Durée : 01h37

Version : Couleur

Public : Tout public

Dix ans, depuis Le Temps qu'il reste, que l'on attendait le nouveau film d'Elia Suleiman. C'est quand même très long, mais, heureusement, It must be heaven ne déçoit pas. Dans ce périple (Nazareth, Paris, New York),  un cinéaste (Elia Suleiman lui même) cherche à financer son film mais il se heurte le plus souvent à des situations ubuesques.

Chaque étape est l'occasion pour le metteur en scène de poser son regard poétique sur un monde absurde voire inquiétant, mais le plus souvent cocasse. Remarquable de malice et d'invention, It must be heaven est aussi touchant qu'il est irrésistiblement drôle. Inclassable (même si on peut penser par moments à Buster Keaton, Jacques Tati ou Otar Iosseliani), Elia Suleiman confirme ici en majesté sa précieuse singularité.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 13 Novembre 2019 au Mardi 19 Novembre 2019
  • Semaine du Mercredi 4 Décembre 2019 au Mardi 10 Décembre 2019
  • Semaine du Mercredi 11 Décembre 2019 au Mardi 17 Décembre 2019
  • Semaine du Mercredi 18 Décembre 2019 au Mardi 24 Décembre 2019
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Elia Suleiman est un digne héritier de Buster Keaton, il en a le flegme, le sens de l’absurde et du burlesque. Dans une suite de saynètes cocasses, souvent muettes, on le suit à Nazareth, puis à Paris et à New York, avant son retour en Palestine. Mais le propos de ce film n’est pas seulement humoristique, il est aussi politique. Les défilés militaires dans Paris, ou l’omniprésence des armes et de la police à New York, ou encore la difficulté du réalisateur palestinien pour financer ses films en disent long sur ses désillusions quant à l’engagement des occidentaux dans le soutien de la cause palestinienne. Un film drôle et sérieux à la fois !

    Commentaire de MONIQUE LARRE |

    J'ai beaucoup aimé ce film, à la fois tendre, drôle et profond. De la Palestine en passant par Paris ou New York, il parle de l'humanité, dans ce qu'elle a de ridicule et de tendre. Le personnage principal ne parle jamais ou presque, mais sa présence est forte. C'est un film qui prend son temps et ça fait du bien.

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    « Je suis de Nazareth, je suis palestinien » seront les seuls mots prononcés par Suleiman pendant les 97 minutes que dure le film. Mais ces mots résonnent particulièrement à nos oreilles quand on sait qu’il y a 2 jours, le parlement français a voté une loi assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme. It must be heaven, mais que les portes du paradis restent fermées ! Les saynètes et le tableautins que l’on aimerait pouvoir regarder en prenant son temps, défilent sous nos yeux. Et c’est bien le monde entier, aussi bien à Nazareth qu’à Paris ou à New York, qui semble se palestiniser, pour le meilleur et pour le pire sous le regard éberlué et contemplatif du réalisateur.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte