Give me liberty

Give me liberty

de Kirill Mikhanovsky

Avec
Chris Galust
Lauren 'Lolo' Spencer
Darya Ekamasova
Maxim Stoyanov
Zoya Makhlina

Genre : Comédie

Nationalité : U.S.A

Année de sortie : 2019

Durée : 01h51

Version : Couleur

Public : Tout public

Avec cette chronique (inspirée des expériences de sa propre jeunesse) d'un ambulancier américain d'origine russe dans un bled paumé, la nuit, au milieu d’un quartier afro-américain où des manifestations éclatent, Mikhanovsky réussit un 2e film déjanté qui file à 100 à l’heure, une comédie hilarante, sélectionnée à Cannes : « Un film qui regorge d’amour, d’angoisses et d’idées de cinéma » selon les Inrocks.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 24 Juillet 2019 au Mardi 30 Juillet 2019
  • Semaine du Mercredi 31 Juillet 2019 au Mardi 6 Août 2019
  • Semaine du Mercredi 7 Août 2019 au Mardi 13 Août 2019
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Traverser Milwaukee (un « bled paumé » de tout de même environ 600 000 habitants) en minibus, avec Vic, Tracy, Dima et d’autres cabossés de la vie de toutes sortes, c’est un comme passer 2 heures dans le tambour d’une machine à laver. C’est Rock n’roll (around the clock) mais jamais triste. Kirill Mikhanovsky a choisi de traiter tout ça sur le mode de la comédie trépidante et les avatars qui s’abattent sur la tête des personnages (surtout Vic qui semble voué à faire le bouc émissaire de service) sont autant d’épisodes cocasses qui provoquent notre hilarité. Pour autant les moments de pause voués à la tendresse ou bien à la sagesse sont les bienvenus et laissent entrevoir d’autres possibilités.

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Ce film est une comédie sociale originale et réussie. C’est l’histoire d’un mec, un mec bien, qui conduit un minibus pour handicapés dans un monde plein de bruit et de fureur.
    Le réalisateur, Kirill Mikhanovsky, pose un regard plein d’humanité sur ces paumés, ces déclassés, de l’Amérique profonde. Il souligne le paradoxe de la vitesse, de l’urgence de ces êtres blessés à mobilité réduite, donc très lents, mais tous pressés pour différentes raisons d’arriver quelque part. Dans ce chaos, Vic, le héros, fait ce qu’il peut, il fonce, encaisse, bourlingue dans les rues de Milwaukee en tentant vainement de satisfaire tout le monde. Ainsi va la vie dans le Wisconsin des « misfits », on s’aime et on s’engueule, on s’émeut et on rit, dans cette belle tranche de vie.
    Quant à la mise en scène, échevelée, elle suit le rythme effréné de l’histoire, pas le temps de s’ennuyer !

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte