Adults in the Room

Adults in the Room

de Costa-Gavras

Avec
Christos Loulis
Alexandros Bourdoumis
Ulrich Tukur
Daan Schuurmans
Josiane Pinson

Genre : Drame

Nationalité : France

Année de sortie : 2019

Durée : 02h07

Version : Couleur

Public : Tout public

À partir d’un scénario tiré du livre de Yanis Varoufakis, éphémère ministre des finances grec après la victoire en janvier 2015 de la gauche emmenée par Alexis Tsipras, le dernier opus de Costa-Gavras revient sur le bras de fer entre l’Europe et la Grèce, à l’époque en pleine crise. À 86 ans, le cinéaste prouve qu’il n’a rien perdu de son mordant et de son efficacité : formidable réquisitoire contre une institution livrée aux logiques financières et marchandes, le film, qui se déroule dans le huis clos des réunions technocratiques, se suit comme un thriller. Il réussit même à nous passionner pour l’Europe, plus que n’importe quelle campagne électorale ou déclaration politique.

En 1969, Costa-Gavras avait frappé fort avec son passionnant film intitulé Z (avec Jean-Louis Trintignant et Yves Montand) qui dénonçait la dictature des colonels dans son pays natal, la Grèce. 50 ans plus tard, il choisit de nouveau la forme du thriller pour dénoncer, avec une remarquable efficacité, la mise en place d’une forme de dictature néo-libérale pilotée par les fonctionnaires de la Troïka… aux ordres de Berlin. Un réquisitoire glaçant à ne pas manquer pour ceux qui s’intéressent aux coulisses du pouvoir.

DP

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 6 Novembre 2019 au Mardi 12 Novembre 2019
  • Semaine du Mercredi 13 Novembre 2019 au Mardi 19 Novembre 2019
  • Semaine du Mercredi 20 Novembre 2019 au Mardi 26 Novembre 2019
  • Semaine du Mercredi 27 Novembre 2019 au Mardi 3 Décembre 2019
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Avec toujours autant de talent, Costa-Gavras nous emmène en visite dans les arcanes des institutions européennes et il nous livre une analyse très bien documentée de la crise grecque, avec le point de vue de Yanis Varoufakis, puisque ce film est une adaptation de son livre.
    Le constat est forcément amer, les idées généreuses de la gauche se heurtent à la réalité du pouvoir financier au niveau européen, avec des français bien faibles et hypocrites, des anglais cyniques uniquement préoccupés par leurs rendements financiers et des allemands inflexibles sous la coupe de Wolfgang Schaüble, leur impitoyable ministre des finances.
    La mise en scène est parfaite, elle rend bien compte de la tension, des antagonismes, du rythme effréné des négociations, des jeux d’alliance et de pouvoir, de l’hypocrisie des discours officiels. Et à la fin, comme dans le football, c’est toujours l’Allemagne qui gagne, ou plus exactement le monde sans état d’âme de la finance.
    Ce récit est l’occasion d’une belle réflexion sur le fonctionnement de la démocratie et c’est glaçant ! Pauvres peuples ! Où l’on voit une fois de plus que certains de nos dirigeants ne sont que de pauvres pantins qui s’agitent en vain, comme le suggère le titre énigmatique qu’on finit par comprendre vers la fin du film.

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Costa Gavras nous livre là un film politique d’une forte intensité dramatique. Le huis clos fonctionne très bien et l’on a une perception assez claire de la dureté de la confrontation entre les dirigeants grecs et le bloc Schauble-FMI-BCE-Commission Européenne. On remarquera au passage la duplicité des politiciens français Sapin et Moscovici.
    Toutefois ce qui fait la force du scénario (le récit de Varoufakis) en fait aussi sa faiblesse. Le personnage est en effet bien discutable (voir : https://www.les-crises.fr/tsipras-et-varoufakis-vers-la-capitulation-finale-par-eric-toussaint/). Aucun lien n’est établi entre la crise grecque et celle de la finance de 2008, le plan B n’est pas sérieusement travaillé, beaucoup d’illusions sur le personnage de Christine Lagarde. Enfin, peut on expliquer que Tsipras signe le MOU simplement …. parce qu’il a un coup de mou ?
    Enfin, les exigences auxquelles la Grèce est soumise (privatisation des aéroports, baisse de pensions, hausse de l’âge de départ en retraite …) font écho à la situation économique et politique actuelle de notre propre pays (d’où l’apparition fugace d’Emmaneul Macron dans le film?) sans que la pression internationale soit si forte. Le 5 décembre : adults in the street ?

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    a lire, le point de vue du CADTM (Comité pour l'annulation des dettes illégitimes):
    http://www.cadtm.org/Adults-in-the-Room-le-dernier-film-de-Costa-Gavras-a-la-gloire-du-dernier-mythe

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte