Affiche Adieu Les Cons

Adieu Les Cons

de Albert Dupontel

Avec
Virginie Efira
Albert Dupontel
Nicolas Marié

Genre : Comédie

Nationalité : France

Année de sortie : 2020

Durée : 01h27

Version : Couleur

Public : Tout public

À 43 ans Suze Trappet apprend qu’elle est très malade et décide de trouver l'enfant qu’elle a abandonné à 15 ans. En chemin elle croise JB, quinquagénaire en plein burn-out, et M. Blin, un archiviste aveugle. Tous les trois, ils se lancent dans une quête spectaculaire et improbable.

Trois ans après le pari réussi de l’adaptation de P. Lemaître, Au revoir là-haut (doublement césarisé), Dupontel retrouve son univers et sa passion pour les personnages décalés et marginaux. Il forme avec V. Efira un duo détonant, entourés par une bande de seconds rôles épatants (J. Berroyer, K. Khojandi, G. Ludig…) « L’audace de ce projet, c’est d’arrêter de me camoufler derrière des nez rouges qui ne m’amusent plus puisque je commence à vieillir et d’oser une forme d’impudeur. » déclarait le réalisateur de ce 7e film entre burlesque et drame.

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 21 Octobre 2020 au Mardi 27 Octobre 2020
  • Semaine du Mercredi 28 Octobre 2020 au Mardi 3 Novembre 2020
  • Semaine du Mercredi 4 Novembre 2020 au Mardi 10 Novembre 2020
  • Semaine du Mercredi 11 Novembre 2020 au Mardi 17 Novembre 2020
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Dupontel s’amuse, il sort ses griffes pour égratigner et dénoncer de manière vive et caustique les maux de la société actuelle, les lourdeurs administratives, la surveillance des individus et la récupération des données privées, le comportement brutal de la police envers les citoyens et des patrons vis-à-vis des employés, la solitude des marginaux…
    Gags et rebondissements s’enchaînent rapidement dans de nombreuses scènes et situations cocasses. L’excellent casting, y compris pour les seconds rôles (Berroyer, Vuillermoz…), participe grandement à notre plaisir, à condition d’accepter de se laisser emporter dans cette histoire loufoque et délirante.

    Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Cette fois ci, il ne s’agit plus d’un au revoir mais d’un adieu et là haut (?) ne resteraient plus que les cons (?). La rupture est elle définitivement consommée ? A suivre….
    On retrouve ici la thématique récurrente des films de Dupontel : des personnages maltraités. Maltraités par le guerre, le travail, les violences policières. Des personnages qu’on retrouve également dans les films de Délépine et Kervern d’ailleurs . On retrouve aussi le style de Dupontel fait de virtuosité, d’audaces visuelles d’une part, d’un mélange détonnant de d’humour noir et de tendresse d’autre part. On est sous le charme.
    Pourtant, même si la première moitié du film est forte de cette dynamique, avec cette dernière réalisation, ça ne fonctionne pas complètement. Faute d’un récit suffisamment puissant, la seconde partie s’essouffle (en dépit de quelques morceaux de bravoure) et finit par tomber à plat.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte