Adam

Adam

de Maryam Touzani

Avec
Lubna Azabal
Nisrin Erradi
Douae Belkhaouda
Aziz Hattab

Genre : Drame

Nationalité : Maroc

Année de sortie : 2020

Durée : 01h38

Version : Couleur

Public : Tout public

Samia fuit sa famille après avoir été mise enceinte et quittée par un homme qui lui avait promis le mariage. Elle erre dans la médina de Casablanca. Loin des siens, elle espère accoucher en cachette de son enfant et le donner avant de revenir dans son village. Elle frappe un jour à la porte d’un magasin de pâtisseries. Abla, la propriétaire, est veuve, enfermée dans un deuil qu’elle refuse de faire et mère d’une fillette de huit ans. Elle ouvre la porte à Samia avec méfiance…

Sous nos yeux vont évoluer deux solitudes de femmes qui s’affrontent, tentent de s’apprivoiser, le tout dans un huis clos. Nous sommes au plus près de leurs corps à travers les images, le son, leurs silences, les détails de leurs gestes quotidiens filmés de manière charnelle. De véritables moments de bonheur montrés avec simplicité. L’écriture sensible de Maryam Touzani rend ces deux femmes extrêmement touchantes. Vous ne pourrez oublier ce duo marquant !

MS

Bande annonce

Les séances : Vous pouvez Acheter vos places en ligne

Ce film a été programmé aux cinémas Studio

  • Semaine du Mercredi 5 Février 2020 au Mardi 11 Février 2020
  • Semaine du Mercredi 12 Février 2020 au Mardi 18 Février 2020
  • Semaine du Mercredi 19 Février 2020 au Mardi 25 Février 2020
  • Séance 3D
  • Ciné-ma différence
  • Version française
  • V.O + Sous-titrage (FR)
  • Sans Paroles
  • Audio description

Votre avis

    Commentaire de Jacques Chenu |

    Adam est une très belle peinture de la société marocaine actuelle et c’est aussi et surtout un film subtil et sensible sur deux femmes blessées qui apprennent à se connaître et à s’apprivoiser. Il y a Abla (Lubna Azabal), froide, méfiante et rigide, et Samia (Nisrin Erradi), triste, abattue, épuisée, et au milieu, la pétillante petite Warda pour faire le lien entre les deux.
    Les gestes de la vie quotidienne, la confection de petites douceurs marocaines, les mains dans la pâte, forment une cuisine cinématographique sensuelle et émouvante. Abla et Samia font ce qu’elles peuvent pour échapper aux conservatismes, aux rigidités de la société, et après s’être affrontées, elles finissent par s’épauler et s’apprécier. La petite échoppe d’Abla fait le lien entre l’intérieur feutré mais non dénué de tensions de la maison, et les ruelles de Casablanca animées, bruyantes, sinueuses, étroites où Samia avait bien du mal à survivre. Un très beau film !

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Mot de passe oublié 

Je souhaite créer un compte

Création du compte