Studio » Film du mois

à l'affiche

Nos batailles

Nos batailles

de Guillaume Senez

avec Romain Duris, Laetitia Dosch, Laure Calamy, Lucie Debay, Basile Grunberger

Genre : Drame

Nationalité : France

Année de sortie : 2018

Durée : 01h38

Version : Couleur

Olivier travaille dans une plateforme de distribution ; syndicaliste, il lutte au quotidien pour améliorer les conditions de travail de son équipe. Laura, sa femme, est vendeuse dans un magasin de vêtements ; ils ont deux enfants. Malgré les difficultés matérielles, c'est une famille unie et aimante que Laura et Olivier ont construite ; pourtant, un jour comme un autre, Laura s'en va...

Après le très beau et remarqué Keeper, Guillaume Senez frappe fort avec ce second long métrage où il atteint une ampleur et une puissance qui en font une superbe réussite. Mais il ne faut pas imaginer Nos batailles comme un constat plombant sur l'état de notre société car le cinéaste montre une belle ambition. Celle de mêler deux mondes, celui de l'intime, le dedans, à travers la chronique d'une famille ébranlée et celui de l'universel, le dehors, avec la description des violences, mais aussi des solidarités, de la vie en entreprise. Ce pari osé est formidablement tenu car tout sonne impeccablement juste. Le film est d'un équilibre parfait dans lequel le réalisateur a su apporter légèreté, mystère, imprévu. Sans jamais appuyer, le regard posé sur les milieux traversés, la maison comme l'usine, est d'une très grande précision et d'une très grande acuité (notamment sur les mécanismes de l'exploitation contemporaine).

Le constat n'est pas tout rose, on s'en doute, et Nos batailles ne nie pas des situations parfois dures, pourtant, il n'est jamais plombant. Au contraire, il est tonique, formidablement émouvant et souvent plein d'humour. Tout le mérite en revient au réalisateur, mais aussi à une troupe d'acteurs formidables. La collègue syndicaliste Laure Calamy, la sœur Laetitia Dosch, l'épouse Lucie Debay et la mère Dominique Valadié font mieux qu'entourer brillamment Romain Duris, elles sont d'authentiques personnages. Quant à ce dernier, il trouve là l'un de ses plus beaux rôles à ce jour, celui d'une maturité resplendissante dans lequel il est réellement exceptionnel.                                                                                                                                                         JF

Bande annonce

Séances

  • Mardi 16 Octobre :
    21:30
  • Mercredi 17 Octobre :
    21:30
  • Jeudi 18 Octobre :
    17:30
    21:30
  • Vendredi 19 Octobre :
    17:30
    21:30
  • Samedi 20 Octobre :
    21:30
  • Dimanche 21 Octobre :
    21:30
  • Lundi 22 Octobre :
    21:30
  • Mardi 23 Octobre :
    21:30

Critiques

  • Commentaire de Jacques Chenu |

    Ce qui m’a le plus impressionné dans ce film, c’est sa justesse. Chaque scène, chaque dialogue, les silences, les petits gestes du quotidien, tout sonne parfaitement juste. Romain Duris incarne ce personnage de père de famille syndicaliste avec une humanité bouleversante : il se bat, se débat, s’enfonce, réagit et nous bouleverse du début à la fin. Il en va de même pour tous les rôles secondaires.
    J’ai beaucoup aimé aussi l’absence de géographie. Nous sommes dans une ville anonyme, ça pourrait être n’importe où en France et en conséquence, ces « batailles » acquièrent une dimension universelle. C’est une peinture de notre société aujourd’hui, avec ses fêlures, la déshumanisation du travail, le sentiment d’abandon, l’incapacité à affronter le quotidien familial et professionnel si imbriqués que l’irruption de l’imprévu bouleverse le précaire équilibre de tous ces actifs. Au travail, ce sont des pions dont on se débarrasse dès qu’ils n’avancent plus en rythme et à la maison il n’y a plus de place pour le dialogue ou l’expression des sentiments. Guillaume Senez a réalisé un très très beau film. Je retiens notamment une scène particulièrement émouvante parmi d’autres, l’étreinte du frère et de la sœur, sur fond de « Paradis Blanc » de Michel Berger en musique diégétique.

  • Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Une belle ambition irrigue ce film : articuler drame social et drame intime. Pourtant, malgré quelques scènes réussies, quelques personnages bien campés on ne peut pas vraiment dire que ça fonctionne. Peut être un trop plein de péripéties qui viennent encombrer le récit ? Quelques invraisemblances également.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

N'hésitez pas à nous donner
votre opinion sur ce film...

Peut-être influencerez-vous les spectateurs indécis !