Studio » Film du mois

à l'affiche

Centaure

Centaure

de Aktan Arym Kubat

avec Aktan Arym Kubat, Taalaïkan Abazova, Bolot Tentimyshov

Genre : Drame

Nationalité : Kirghizistan

Année de sortie : 2018

Durée : 01h30

Version : Couleur

Centaure vit dans le village d’une région montagneuse, avec Maripa, sa femme sourde et muette. Il aime à raconter à leur jeune fils des légendes du temps passé. Dans le modeste village, un mystérieux voleur s’introduit dans les écuries pour rendre aux chevaux leur liberté. Qui est-il ?

 

Après Le Fils adoptif (1998), Le Singe (2001), Le Voleur de lumière (2010), A.A. Kubat signe un film largement autobiographique, moderne, centré sur la culture kirghize. Il pense, en tant qu’artiste, ne pouvoir intéresser le monde qu’en parlant de sa propre culture, la culture nomade, dans laquelle il existe un amour immodéré des chevaux. Un dicton parle du temps où le peuple kirghize descendait directement des centaures, ces créatures mythologiques, mi-hommes, mi-chevaux. Le cheval était les ailes de l’homme, les ailes de l’humanité. « Je pense vraiment qu’un homme qui a un cheval est un homme ailé. L’homme et le cheval créent l’harmonie. Je pense que ces ailes, c’est là justement qu’est notre culture, notre tradition, qu’on a perdues : le cheval, la nature, la culture. C’est la conjonction de ces trois éléments dans laquelle nous vivons en harmonie. » A.A. Kubat.

 

Mais ne nous trompons pas : si le réalisateur évoque un monde traditionnel en lente disparition, il décrit également ce qui se passe réellement dans son pays : les tourments de l’argent, la corruption, la montée de l’intégrisme, les secousses dues à la guerre toute proche (en Afghanistan)…

 

Le réalisateur lui-même joue Centaure avec beaucoup de talent, en partant de ses émotions, de sa propre vie. Les personnages comme les situations sont dans le film comme dans la vie. On rit, on pleure, on est triste, on fait des blagues… Ce film a tout pour faire notre bonheur car il est simple, plein de malice et d’humour, débordant d’optimisme. Avec grâce et légèreté, il nous dit de ne pas oublier d’où l’on vient. Il est très important de montrer que notre culture, notre histoire, nos valeurs sont un antidote contre les conflits.

MS

 

Centaure a reçu le Prix CICAE au dernier festival de Berlin.

Bande annonce

Séances

Critiques

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

N'hésitez pas à nous donner
votre opinion sur ce film...

Peut-être influencerez-vous les spectateurs indécis !