Studio » Fiche film

Synopsis et détails

Revenir

Une Vie Violente

Une Vie Violente

de Thierry de Peretti

avec Jean Michelangeli, Henry-Noël Tabary, Cédric Appietto, Jean-Etienne Brat, Marie-Pierre Nouveau

Genre : Thriller

Nationalité : France

Année de sortie : 2017

Durée : 01h47

Version : Couleur

Bien qu’ayant fui la Corse pour se réfugier à Paris, Stéphane retourne sur l’île afin d’assister aux obsèques de Christophe, assassiné la veille, qui n’était autre que son ami d’enfance et compagnon de lutte. Ce retour n’est pas sans lui rappeler les événements entre les années 1990 et 2000 qui l’ont vu passer du petit bourgeois bastiais qu’il était au délinquant, se radicalisant politiquement ensuite, du Front de libération nationale de la Corse au mouvement Armata Corsa, avant de passer à la clandestinité. Revenir en Corse, avec la menace de mort qui pèse toujours sur sa tête, c’est aussi comme il se jetait dans la gueule du loup…

Après Les Apaches (2013), Thierry de Peretti est retourné en Corse pour filmer une histoire politico-historique dense, librement inspirée du parcours tragique d’un jeune militant nationaliste, Nicolas Montigny. Présenté dans le cadre de la Semaine de la critique à Cannes 2017, Une vie violente, film habile, atypique et passionnant, est superbement maîtrisé et réalisé. Il résonne comme « un hommage à tous ces jeunes gens perdus ou assassinés. Mais aussi la promesse d’un dialogue entre une génération oubliée, perdue, massacrée et une autre, vivante et exaltée, qui l’incarne à l’écran ».

 

Sources : dossier de presse, telerama.fr, lemonde.fr.

Bande annonce

Séances

  • Vendredi 18 Août :
    17h30
    21h30
  • Samedi 19 Août :
    17h30
    21h30
  • Dimanche 20 Août :
    17h30
    21h30
  • Lundi 21 Août :
    17h30
    21h30
  • Mardi 22 Août :
    17h30
    21h30

Critiques

  • Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Une fiction inspirée de l’histoire du mouvement nationaliste Corse à la fin des années 90, dotée d’une forte impression d’authenticité par le recours à une forme quasi documentaire et à la qualité de l’interprétation. On suit, d’un point de vue rétrospectif des plus lucides, le processus de « radicalisation », de Christophe, dont rien ne semblait initialement présumer la trajectoire mortifère. Il en est, d’ailleurs, de même pour son groupe de copains fréquentés dans un café de Bastia et même du groupe politique qu’il rejoint à l’issue de son séjour en prison.
    On ne pourra pas s’empêcher de penser à d’autres processus dit de radicalisation, qui font l’actualité internationale aujourd’hui.
    Une bonne occasion de (re)lire « La démocratie aux extrêmes » (La Dispute 2006) dont l’introduction écrite par Annie Collovald invitait, contre une vision essentialiste, à comprendre comment se transforment les manières de penser, de faire, de se regrouper qui font la radicalisation des trajectoires individuelles ou collectives. A sa manière, « Une vie violente » y parvient plutôt bien.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Je souhaite créer un compte :

Gestion de mon compte Studiociné

à voir cette semaine

  • Cet obscur objet du désir
  • Crash Test Aglaé
  • Djam
  • Dunkerque
  • L'Ombre d'un doute
  • La Colline a des yeux
  • cadet d'eau douce
  • Le Charme discret de la bourgeoisie
  • Le fantôme de la liberté
  • Les Filles d'Avril
  • Lola Pater
  • Lumières d'été
  • Marie-Francine
  • moi moche et méchant 3
  • My Cousin Rachel
  • Que Dios Nos Perdone
  • Rara
  • Shaun of the Dead
  • Une Femme douce
  • Une Vie Violente
Tous les films sont projetés en version originale sous-titrée en français (sauf indication contraire).
Toutes les salles des Studio sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Film proposé au jeune public, les parents restant juges.