Studio » Fiche film

Synopsis et détails

Revenir

Les toilettes du pape

Les toilettes du pape

de Enrique Fernandes et Cesar Charlone,

avec Cesar Troncoso, Virginia Méndez, Mario Silvia…,

Genre : Drame

Nationalité : Uruguay

Année de sortie : 2008

Durée : 01h37

Version : Couleur

Ce film est disponible sur Vidéo en poche

Uruguay. 1988. Dans la petite ville de Melo, Beto fait chaque jour des allers-retours en vélo, avec d’autres hommes de son quartier, jusqu’à la frontière brésilienne. Ils reviennent chargés comme des mulets, en s’ingéniant à essayer d’éviter la police, pour ensuite revendre en contrebande. Ce trafic épuisant leur permet de tout juste survivre. Mais voilà que l’on annonce une tournée du Pape (Jean-Paul II) en Uruguay et que sa tournée commencera par Melo. Comme plus de 50 000 personnes sont attendues les habitants du quartier où loge Beto (qui se trouve sur le trajet de Sa Sainteté) n’ont qu’une idée en tête : vendre sandwiches, boissons et autres petits objets à la foule qui se pressera. Mais Beto à une autre idée, la meilleure des idées, pense-t-il : construire des toilettes devant sa maison et les louer pour subvenir aux besoins de la foule…

Filmer les humbles, les sans voix, voilà à quoi s’attachent Enrique Fernandes et Cesar Charlone pour leur premier long métrage (ce que Cesar Charlone avait déjà abordé en tant que directeur de la photographie de La Cité de dieu de Fernando Meirelles).

L’argument du film fait sourire et, effectivement, l’humour n’est pas absent du film, un humour noir et désespéré qui fait que les personnages et Beto en particulier s’obstinent dans leur idée fixe au risque de tout perdre.

On pense à Vittorio de Sica et au néoréalisme, l’ironie est tragique, et le constat sur l’état de la société uruguayenne terrible. Ceci dit Les Toilettes du Pape ne vont pas, non plus, vous mettre le bourdon car il s’agit avant tout, et même si le constat est amer, d’une formidable et chaleureuse ode aux laissés pour compte.

JF

Bande annonce


Critiques

  • Commentaire de M HR

    Quand l'une des tournée médiatiques du pape incite les pauvres habitants d'une bourgade perdue des confins de l'Uruguay à "vendre leur âme au diable" en les transformant en marchand du temple. Leur âme, elle est fort joliment filmée par la caméra, notamment lorsqu'elle suit la course sans fin de ces contrebandiers à bicyclette qui pédalent pour échapper au diable, le douanier Meleyo, qui pédalent pour survivre !
  • Commentaire de CL

    Le pape est tel un président, comme "ce Sarko", qui ne sait ENCORE qu'approcher "brievement" à mille lieux la vraie humanité, QUE NOUS SOMMES. Ce film est VRAIMENT ATROCEMENT DROLE. J'ai autant pleuré que rigolé. C'est GRAVEMENT DROLE. Le voir c'est être un peu solidaire de ces TRES BRAVES gens.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Je souhaite créer un compte :

Gestion de mon compte Studiociné

à voir cette semaine

Tous les films sont projetés en version originale sous-titrée en français (sauf indication contraire).
Toutes les salles des Studio sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Film proposé au jeune public, les parents restant juges.