Studio » Fiche film

Synopsis et détails

Revenir

A Ciambra

A Ciambra

de Jonas Carpignano

avec Damiano Amato, Iolanda Amato, Pio Amato, Koudous Seihon

Genre : Drame

Nationalité : Italie

Année de sortie : 2017

Durée : 02h00

Version : Couleur

Pio, 14 ans, vit en Calabre dans une famille rom affiliée à la très redoutable ‘Ndrangheta. Très tôt initié aux petites arnaques, il voudrait passer à l’échelon supérieur de la délinquance, autrement dit devenir un homme. Mais voilà que son père et son frère sont arrêtés et emprisonnés, l’obligeant à prendre prématurément des responsabilités trop lourdes pour son âge.

Soutenu par Martin Scorsese, tourné avec des acteurs non professionnels constituant une authentique famille de Roms calabrais, A Ciambra confirme le talent de Jonas Carpignano, révélé par son premier long métrage, Mediterranea. Plus attaché à la profondeur des regards qu’à l’environnement des personnages, il réussit à marier un réalisme quasi documentaire à des scènes romanesques et poétiques qui signent un « indéniable et très prometteur talent ».

Sources : dossier de presse

 

Plus d'informations sur ce film (articles, intretien avec le réalisateur...)

Bande annonce

Séances

Ce film a été diffusé aux cinémas Studio :

  • Semaine du Mercredi 20 Septembre 2017 au Mardi 26 Septembre 2017
  • Semaine du Mercredi 27 Septembre 2017 au Mardi 3 Octobre 2017

Critiques

  • Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Un récit d’initiation à prétention ethnographique qui me semble chercher à épater le bourgeois tout en traînant en longueur… mais, décidément, je manque peut être d’humour en ce moment.

  • Commentaire de Jacques Chenu |

    Avec une caméra sangsue accrochée aux basques du « héros » âgé de 14 ans, le voyage est rude, le spectateur est ballotté, il n’a pas plus le temps de souffler que le jeune Pio. Le réalisateur, Jonas Carpignano, pose un regard de documentariste, sans jugement moral, sur une famille rom calabraise en faisant jouer des acteurs non professionnels dans leur propre rôle. Si la mise en scène est clairement au service du propos pour bien exposer les difficultés de la vie quotidienne de Pio, je m’interroge sur le sens du message. Je n’ai ressenti que peu d’empathie pour ces personnages dont la vie est certes difficile, mais qui passent leur temps à mentir, voler, agresser, trahir, y compris leur famille et leurs amis. C’est un peu « Affreux, Sales et Méchants », sans la distance et l’humour de Ettore Scola. A-t-on voulu livrer un regard compatissant sur cette communauté ou a-t-on voulu les rendre antipathiques ? À vous de « juger »…

  • Commentaire de Hervé RIGAULT |

    Bonne analyse JC. Bon, je vais faire une tour, dès demain, vers le cinéma brittish.

Lire | Envoyer

Ajouter une critique

Pour donner votre avis, veuillez vous connecter :

Je souhaite créer un compte :

Gestion de mon compte Studiociné

à voir cette semaine

  • Demain et tous les autres jours
  • des trésors pleins mes poches
  • Detroit
  • Egon Schiele
  • Happy End
  • L'Assemblée
  • L'Atelier
  • La Belle et la Meute
  • Fête du cinéma d'animation 2017
  • La ruée vers l'or
  • Le jeune Karl Marx
  • LES FRUITS AMERS DE LA CASSE SOCIALE
  • Numéro Une
  • Téhéran Tabou
  • The Square
  • Tous les rêves du monde
  • Un Beau Soleil Intérieur
  • un conte peut en cacher un autre
  • zombillenium
Tous les films sont projetés en version originale sous-titrée en français (sauf indication contraire).
Toutes les salles des Studio sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.
Film proposé au jeune public, les parents restant juges.